Archive for the “interview” Category

Le phénomène “Graffitis” est né aux États Unis, au milieu des années 70, avec l’avenement du mouvement “zoulou”. La charte d’Africa BAMBAATAA, 1974 à New-York un mouvement associatif et culturel le le “Hip-Hop”, culture de la rue… une mode, une façon de vivre, le phénomène Hip-Hop est en marche….
Passé l’océan, quand est il en France ?
Etre positif pour ces jeune, c’est de se donner les moyens d’expression les plus revendiqués et les plus reconnaissables. La suite c’est sur Melting-live

Comments Comments Off on Graffitis sur la ville , vidéo Melting-live [1993]

Psyckoze invité du 2ème sous-sol avec Aline Afanoukoé.

Psyckoze,  l’un des pionniers du graffiti français reconnu pour ses talents de peintre, présente ses toiles à la galerie parisienne, Studio 55, dans le cadre de l’expo “Petits formats – Grandes surfaces” (jusqu’au 26 février). Psyckoze est également le fondateur du 115 à Bagnolet, un espace de résidence artistique (où moult graffiti artistes, musiciens, webmasters, créateurs graphiques, photographes-reporters se cotoyaient) qui a été réduit à néant un soir de décembre 2008.

PETITS FORMATS – GRANDES SURFACES
Exposition collective avec :Anne-Catherine Becker-Echivard, Alexöne, Babou, Dran, Goblin, Jaya Bludeau, Jef Aérosol, RCF1, Lignes Rouges, Psyckoze, Vladimir CruellsVernissage jeudi 22 janvier 2009 de 17 à 21 heures

Exposition du 22 janvier au 26 février 2009
STUDIO 55 – 55 rue Meslay – 75003 Paris

Psyckose site web
Radio Nova site web
Studio 55 site web

Comments 3 Comments »


Découvrez Miles Davis!

– Peux-tu en quelques mots nous retracer ton parcours, et comment est tu venu à la peinture?

J’ai toujours aimé dessiné, depuis très longtemps… quand j’étais gamin ma mère qui avait suivi des études artistiques nous motivait a créer, je pense que ça m’a bien aidé…quand j’étais ado, je me souviens avoir commencé a écrire des trucs tout bizarres dans la rue, des signatures (ma première signature, c’était justement “Biz-Art”), sans du tout connaitre l’existence du graffiti…

J’écoutais RADIO7 à l’époque, ils étaient super branchés sur l’art Urbain, les musulmans fumants, speedy graphito, futura 2000, le magazine Actuel, les mix ELECTRO-FUNK, BAMBATAA, etc… . A partir de là, tout coula de source, Radio Nova est arrivé, le deenastyle, HIP-HOP avec Sidney, j’ai commencé a “travailler mon style” à trainer, rencontrer des gens, et à canaliser les mauvaises vibrations en énergie positive et créatrice…

D’un coté je passais ma journée à pourrir les trains gris à l’encre avec des gros tags RAMSES-TBK, à voler du matos dans des papeteries d’art (pour ceux qui étaient là, je parle des fameux rendez vous de Gare du nord le samedi après midi…) et le soir en rentrant je peignais sur toile des trucs assez psychés que je montrais seulement a mes potes…

A ce moment là quand tu faisais des trucs comme ça tu passais soit pour un malade, soit pour un tox..(ou les deux !)

Le mouvement m’a pas mal gonflé car super sectaire, moi je trainais avec plein de gens super différents, le rock alternatif, le punk, le rap, le trash-metal, le psycho, le hardcore, et ça passait mal chez certains “bas du front”, la fusion des genres était un truc nouveau…

Des potes a moi sont partis en couille, et sont même partis tout court…donc je me suis vraiment éloigné de tout ça pour me consacrer à la peinture…

La peinture m’a permis de rester clean en créant. La philosophie HIP-HOP du début en fait… Partir du mauvais, pour faire du bon…

De fil en aiguille on m’a conseillé de montrer mon taf et jai fusionné les deux trucs, l’improvisation du mur et le travail pictural de la toile pour faire ce que fais aujourd’hui…

– As-tu suivi une formation artistique ou quelque chose comme ça ?

Un bref passage aux arts appliqués, ou j’ai beaucoup appris sur la peinture et sur la couleur, grace à un grand Monsieur… mis à part ça, je pense pouvoir être classé dans la rubrique “autodidacte”

– Très rare sont tes peintures où nous ne retrouvons pas une ou une multitude de têtes de mort, qui représentent-elles ? (D’ailleurs on te surnomme « La tête de mort non » ?).

Ha bon j’savais pas qu’on me surnommait comme ça… mais bon pourquoi pas.. C’est peut être a cause de mon sale caractère…

Pour les crânes, c’est pour moi une représentation des gens qui vivent comme des zombies, des mort vivants, aucun but a part hanter leur propre existence, et attendre tout doucement de partir en poussière…

– La Lutte contre pollution est-elle un combat que tu mènes à travers tes peintures ?

C’est pas vraiment une lutte contre la pollution, parce que quand tu utilises de la bombe aérosol, t’es mal placé pour dénoncer quoi que ce soit. au niveau écologie.. Mais il est clair que je balance souvent un ptit slogan ou une bonne fumée bien cancérigène et polluante, ça me fait flipper de voir la dégradation de l’air, de l’eau, du rien a foutre généralisé des gens qui ne se rendent pas compte qu’on respire de la merde, que la bouffe est de plus en plus toxique, blindée de conservateurs, que les allergies sont de plus en plus fréquentes et puissantes, et … Bon j’arrête là j’vais encore passer pour un Bio-Parano…

– Quelle est la signification de cet oiseau qu’on retrouve également souvent dans tes peintures.

Les piafs sont des genres d’oiseaux malsains et charognards, des bon gros rapaces comme on en trouve à des postes haut placés. quoi ? quoi ? J’ai dit politiciens?

Et ça représente aussi des oiseaux horribles que j’ai vu lors d’une opération que j’ai subi il y quelques années..

Au moment de l’anesthésie, j’ai eu ce genre de visions…héhéhéhé…

– Lorsque tu commences une toile, as-tu une idée précise du résultat final, comment abordes tu une création, quelle est ta technique picturale ?

Depuis des années je garde des carnets ou je colle des tonnes de trucs, des bouts de papiers découpés, des dessins , c’est un genre de banque de données, un condensé de début d’inspiration, pour pouvoir centrer un peu le truc…

Je travaille sur des fonds abstraits de couleurs et ensuite je pose les différents éléments.

Ce que j’aime le plus c’est taffer sur plusieurs toiles en même temps. Bien souvent, ça met pas mal de temps avant de poser le dernier trait…

Mais bien souvent l’idée de départ fait place à une autre idée, qui fait place à une autre idée et ainsi de suite…

– Quels sont les artistes qui t’inspirent?

Je peux te citer les noms de Bacon, Alechinsky, Kandinsky, Pollock, Jérôme Bosch, Picasso, Baselitz, Basquiat… Guido Buzzelli, Moebius, Charles Burns, Robert Crumb, toute la clique Métal Hurlant.

La peinture des pays d’Afrique, du Maghreb, du Mexique, l’art chamanique, les masques ethniques, la nature, les animaux… La musique, et bien d’autres choses et gens que j’oublie…

– As tu des projets en vu pour les mois qui arrivent ?

Un expo a La miroiterie avec la “PAPY MICROGRAMME TEAM”, je veux bien sur parler de Messieurs Gorellaume et P.Y.
Vernissage le 7 février de 18 à 22h…
Passez !

– Un dernier mot que tu voudrais partager ?

Je veux juste remercier tous les gens qui me font avancer …

En particulier la douce “B”., qui me me supporte(dans tous les sens du terme), me motive et m’inspire depuis le tout début.. 26 Unlimited Love…

Un gros merci aussi à tout ceux qui supportent pas mon art, car dans ce cas là mon but principal est atteint : créer une réaction….

Et pour finir la traditionnelle séance dédicace …

PEACE to GET2(Frero), SkYONE-PM1(CUZ !), Kros(Gourou), San (le premier type que j’ai vu poser un tag), YANK (SurvivoR), ZECRA (kikoolol), Gorellaume (Still haunted…), GEMO, BOSTE, KZPER, UTIL, NEAC(le boss), le grand SKOFE, VOLUM, Pierre Ivre, TVRBO (aka Cragg),”LE” 3615, Ali La Pointe (aka la pointasse), COLERICK959, ONEA, la Flo, Papa SEIZE, Sylvie de Frichez nous la paix, les SISTERS DU BZH, KES1, SER1, papa BUDS, Le SHIST(New Zealand Groove), STEP1, et aussi à toi VITO pour m’avoir permis de parler un peu de tout ça…

RIP KEN2, KAM…

– Merci

Le Flick de Darside70

Fotolog de Darkside70

Comments 9 Comments »

– Peux tu nous décrire rapidement ton parcours et nous dire qui tu es ?
Ludo, la trentaine, Paris.
Après un court séjour à la fac dans des études de socio, j’ai pris mon sac et je me suis éclipsé en Italie, à Milan.
C’est là bas que j’ai découvert pas mal de choses; la galère…, ma femme et des études en une sorte de mix entre design et communication.
Depuis j’ai toujours fait des boulots centrés autour du graphisme.

Je n’ai jamais été très actif dans le graf ou bien le street, plutôt admirateur, mais quelques gros changements dans ma petite existence m’ont soudain donné envie de réaliser mes délires et de les faire à fond.


– Derrière ton pseudo « Nature’s Revenge » y a-t-il une revendication écolo ?

C’est pas vraiment une revendication écolo.
Derrière Nature’s Revenge, j’aimerais parler de respect en fait.
Respect envers l’environnement bien sur (on ne peut pas ignorer tout ce qui se passe) mais surtout respecter les autres, ce qui nous entoure, prendre conscience que certaines choses sont bien plus importantes que certaines conneries quotidiennes. Pour ça, j’utilise la nature et la violence des armes en essayant d’attirer un peu d’attention et peut-être par chance faire naitre un semblant d’interrogation chez les gens.

Je ne suis pas du tout l’Abbé Pierre mais en tout cas c’est ce que j’essaye de faire passer dans mon travail.

framed launcher


– Dripping mine, The Dionea, framed launcher, Dark Rose… cela semble important pour toi de donner un nom a chacune de tes oeuvres pourquoi?

Pour moi, le nom fait partie d’une “oeuvre”.
C’est dommage qu’une image s’appelle DSCN2128 ou bien IMG33266.jpg, non ??? et puis ça fait partie du fun de chercher un titre.
Souvent une pièce peut aussi d’abord émerger d’un nom trouvé.

– Quelles sont tes sources d’inspiration ?
Bah simplement ce qui m’entoure, ce que je vois aux infos, les trucs qui m’énervent, … .
Un mur ou bien un endroit peuvent aussi me donner envie de faire quelque chose.

The launcher The Cactus

– Quel genre de musique t’inspire le plus ?
Je suis bon client. Aussi bien un bon vieux “Beastie Boys” genre “Check your Head” (pur cover en plus…) qu’un album de “Soundgarden”…
Le son qui me scotche tout le temps c’est celui des “Boards of Canada”, notamment “Dayvan Cowboy”.

– Comment abordes tu une création, passes tu dans un premier temps par la création numérique, la sculpture ?
Ca depend vraiment.
J’utilise l’ordi pour certaines choses, le découpage, le dessin pour d’autres.
J’aime l’idée du mix-média et j’aurais du mal à n’utiliser qu’une seule technique. Par le taf j’ai appris pas mal à me servir d’un pc mais à la maison je joue plutôt avec la sérigraphie et l’acrylique.

Pour la sculpture c’est pareil. Je me suis autant amusé à essayer d’utiliser une imprimante laser hyper techno qu’à faire une série (les petits launchers noir et or) seulement avec des objets trouvés (maquettes pour enfant, plantes pour aquarium, bombe, fils de fer,…).

framed launcher

– Quels artistes t’inspirent le plus ?
Très gros fan de Bast et des Os Gemeos.
Après, je ne sais pas à quel point les artistes que j’aime m’inspirent….
Il y a aussi Villeglé, j’aime ses affiches lacérées et toute sa démarche. Pour moi c’est clair qu’un beau mur ou bien une belle porte en bois usée, taggée,… est un ready-made.
Dans un style encore plus classique, je me rappelle toujours d’une peinture de Georges Mathieu sur la musique. Son style hyper dynamique et son énergie, même sa calligraphie, me rappellent le tag quelque fois.


– As tu des projets en vu pour les mois qui arrivent ?

Tout d’abord faire évoluer mon travail et avancer.
Sinon, je viens de finir une série de prints en vente chez Brooklynite Gallery. Cette galerie me représente aux US et peut-être y aura t-il moyen de faire quelque chose là bas cette année… .
En mars je participe à une expo collective au studio 55.
J’aimerais essayer de partir un peu pour poser quelques plantes à Londres par exemple, ou bien New-York.
Une nouvelle vidéo est aussi dans mes projets 2009, un court-métrage pas trop long qui partirait d’une pièce de rue pour évoluer par la suite. Ca, ça sera quand j’aurais un peu de temps.

– Un dernier mot que tu voudrais partager ?
love n’ peace

– Merci

Le Site web de Ludo

Le Flickr Group Nature’s Revenge

Le Flickr de Ludo

The CCRFlower Juicy Grapes

Comments 14 Comments »

Peux tu nous décrire rapidement ton parcours et nous dire qui tu es ?

Salut je me prénomme Raphael, j’ai 37 ans, marié, trois enfants, un chat. Ça c’est fait !
Mon nom d’artiste c’est Seize aka Dr Happywallmaker, j’ai grandi à Sarcelles dans la banlieue nord de Paris.
Au début des années 80 je découvre un graff de Dark en bas de chez moi, ça m’a foutu une sacrée claque, un véritable ovni.
Je savais même pas qu’on appelait ça un graff, par la suite j’ allais régulièrement au terrain de La Chapelle pour voir les réalisations de Lokiss et Skki.

Moi j’étais dans un groupe de tagueurs les BFK avec mon poto Aero on traînait pas mal sur la ligne D et à la gare du nord avec les Fresh boys, ambiance caillera tags et fumette.
J’ai fini par me faire viré des écoles que je fréquentais mais parallèlement j’avais la chance d’avoir une mère institutrice et un père musicien qui m’ont élevé dans un contexte artistico culturel, cela ma permis de garder la tête hors de l’eau !
Sans diplôme et sans formation j’ai fait un tas de boulots différents, bagagiste, livreur, manutentionnaire, chauffeur de bus etc. A 33 ans ma vocation artistique prend le dessus et je me lance dans la peinture, d’abord sur toile puis sur les murs.
Autodidacte je me forme sur le tas à la peinture contemporaine, aujourd’hui je me sens en accord avec moi-même et ça c’est bon.

2 3

Pourquoi ce blaze seize aka happywallmaker ?

Pour revenir a ce que je disais précédemment à propos du graff en bas de chez moi, Dark avait fait un lettrage seize, je suis parti le voir et il m’a donné ce blaze. Aujourd’hui hui une vingtaine d’années après, ce surnom me sort par le pif mais je le garde comme un lien avec mon passé tumultueux, comme un symbole de réconciliation entre le passé et le présent.
Happywallmaker par contre c’est beaucoup plus récent, c’est le surnom que m’ont donné les membres d’un groupe d’artistes hollandais, je l’ai gardé comme nom de « famille » une sorte de clin d œil.

Comment définirait tu ton style graphique ?
C’est simple c’est un style geometricolorismohappyflashysant ou plus simplement peinture atomique relative soit E=mc16.
C’est la résultante de différentes influences qui viennent aussi bien du graffiti que de la peinture contemporaine avec des artistes comme Lokiss, Skki, Dark, Meo, Keith haring, Paul Klee, Nikki de st phalle, Dubuffet, Mondrian, pour ne citer que les plus connus .

Penses-tu faire parti de la famille graffiti ?

Sur l’arbre généalogique du graffiti je dois être un cousin très éloigné, disons que je fais du graffiti avec mes propres règles.
Lorsque celui-ci est arrivé en France dans les années 80, c’était un mouvement précurseur a qui il fallait proposer son imagination et sa créativité, ça partait dans tout les sens et chaque villes, chaque quartier avait son style.
Je suis resté dans cette optique de travail.
J’aime casser les stéréotypes et jeter des ponts entre les différentes rives. Le hip hop à sarcelles, c’était une sorte de marche pied vers les « beaux arts » une fenêtre qui s’ouvre sur la peinture, la danse et la musique, une grande bouffée d’air frais qui porte ses fruits encore aujourd’hui.

1365191169_f8d801ce15_o

Comment aborde tu une création telle que cette fresque ?

Pour répondre à ta question, je te propose un “roman photo” sur le post graffiti toujours sous l’influence graphique des mandalas et de la symétrie en général. Je décide de passer à l’acte, j’ai un paquet d’images dans ma tête et ce mur est assez grand pour les recueillir .

Je commence par faire une pyramide au centre du mur comme à mon habitude, je lui donne ” vie ” en lui ajoutant des yeux, ça y est c’est parti, j’enchaine les phases comme une sorte d’écriture automatique c’est toujours à ce moment précis que je trip, je suis sur mon petit nuage.

L’esquisse terminée, je passe à la mise en place des couleurs, l’improvisation à tous les stades de l’évolution graphique est primordiale pour moi.
Le fait de savoir que l’on peut se planter à tout moment me maintient artistiquement éveillé et me fait sentir vivant comme le gars qui saute à l’élastique.

r3
Les jeunes du quartier passent me voir on discute à la cool, on parle de graffiti et de peinture, ils me font comprendre à demi-mots que ma démarche est un peu chelou pour eux.
Je me demande d’où sorte ces images géométrique j’arrête de me poser des questions et je fini la fresque avec la bombe de noir je prends du recul je regarde le mur qui a changé d’identité, bon c’est cool, je rentre chez moi en pensant au prochain mur.

Tu utilises des outils « maison » pour tes créations me semble-t-il, tu peux nous en dire deux mots ?

Hum ! Pas vraiment car ce sont des outils spéciaux en alliage inconnu spécialement fabriqué par la NASA je me dois de garder le secret défense sous peine d’avoir de gros soucis.

Cercles, rectangles, carrés, polygones. Tu étais bon élève en géométrie?

Non un vrai cancre, un fumiste de première ! Mais j’ai découvert plus tard que les symboles formaient un langage.
Le langage symbolique est celui de la nature et de l’univers. La forme géométrique jointe à la simplicité et à la rigueur des structures et de la composition peut atteindre une grande pureté .
Mais cette même forme associée à l’infini des combinaisons possibles est tout aussi capable d’exprimer dynamisme et grande vitalité. Avec les mêmes moyens élémentaires, lignes, cercles carrés, triangles, polygones, courbes la plupart des dominantes de l’être humain peuvent être plastiquement exprimées telles que pureté, contemplation, spiritualité, calme, joie, dynamisme lucidité, créativité, imagination…

Quel genre de musique t’inspire le plus ?

Le jazz, le rap New yorkais, le funk, la nu soul. Mon père est un musicien qui joue du jazz, du folk et de la musique cajun, j’ ai grandit parmi de multiples instruments et des styles musicaux différents. Mon souvenir le plus marquant c’était le disque des Pink Floyd dans la brume marie jeanne. Quand tu vis ça a 10ans forcement tu deviens artiste ah ! Ah !

Quels sont tes projets à moyen terme ?

Faire de nouvelles rencontres, participer à des nouveaux projets.
A court terme, finir la série de tableaux destinée à un projet en duo avec YZ pour une exposition imminente à la galerie itinerrance fin janvier.

seyze-flyer

Un dernier mot que tu voudrais partager ?

Oui, merci aux lecteurs qui sont arrivé jusqu’ici , à Kashink le cerveau atomique , Yz la maman , Meziah le somnambule , Medhi le surfeur , Aero le pharaon , Darkside 70 aka Ramsès aka la tête de mort , Smash le pusher man , Money- less l’ami géométrique , Dacruz le 19° parallèle et ma famille pour leur soutien leur amitié et leur patience .

Peace !

Merci

Darkside 70 – Seize

Myspace de Seize
Flickr de Seize

Comments 2 Comments »

Home Contact Vitostreet Contact About Gallery Tags Blogs Forum Wallpapers Links