Posts Tagged “Galerie MathGoth”

Du 9 au 21 juin prochain, la galerie Mathgoth accueille l’artiste réunionnais Jace avec une trentaine de nouvelles œuvres toutes imprégnées de son personnage, le Gouzou.

20 ans : le bel âge. C’est celui du Gouzou, le personnage créé par Jace, artiste des rues né au Havre il y a bientôt 40 ans et arrivé à La Réunion il y en a 30.
C’est en arpentant l’Ile Bourbon qu’il crée son univers très personnel, au départ animé par la mouvance hip-hop. Soucieux d’avoir une véritable identité dans l’univers du street art, il invente son partenaire, le Gouzou, personnage sans tête mais haut en couleurs, tête nue ou enturbannée, amoureux ou apeuré, portant aussi bien cravate que costume de bain ou tenue de boxeur. Jace l’accole partout dans l’ile ultramarine tout comme sur les autres continents où il se plait à voyager. Etats-Unis, Madagascar, Chine, Luxembourg, Brésil, Italie, Portugal, Japon… connaissent l’effigie du Gouzou.

20 piges
Galerie MathGoth
103, rue Saint-Maur – 75011 Paris
Du 9 au 21 juin 2012
Vernissage en présence de l’artiste le 9 juin à partir de 18 heures

Comments Comments Off on Exposition Jace [20 piges] du 9 au 21 juin 2012

L’œuvre de Seize se justifie simplement par sa beauté. Elle est abstraite, ambiguë et multiforme. Ce n’est pas politique, impudique, ou prétentieux.
Il y a juste ce foisonnement de couleurs, des couloirs complexes et interminables, des labyrinthes qui nous mènent quelque part. Chez nous ?
Avec « GEOMETRIZM », Seize HappyWallMaker nous invite à pénétrer dans son univers.

Expo Seize “Geometrizm”
Exposition du 02/03/2011 au 16/03/2011
Ouverture du mardi au samedi de 14h à 19h
Vernissage jeudi 3 mars, 18:00
Galerie MATHGOTH
chez “In My Room” – 32, rue Rodier
Paris 75009

Comments Comments Off on Exposition Seize [GEOMETRIZM] du 02.03 au 16.03.2011

Aussi incroyable que ça puisse paraître, COPE2 véritable légende du graffiti  n’a jamais exposé en France. Avec “Burning Hearts”, cette erreur sera enfin réparée. Pour l’occasion, il signera une expo à 4 mains, avec sa compagne INDIE184

Exposition du 16 au 28 novembre 2010, vernissage le  mercredi 17 novembre, à 17:00

Galerie MathGoth, Espace « In My Room » 32, rue Rodier ,75009 ParisDe 14h à 19h, sauf le lundi

Plus qu’une légende, un mythe. Dinosaure du street art newyorkais, Cope2 est une célébrité planétaire. Des graffeurs du monde entier débarquent régulièrement à JFK Airport pour peindre au côté du maître.

Malgré sa notoriété affirmée, l’enfant du South Bronx n’a jamais oublié d’où il vient. Issu des quartiers les plus infréquentables de NYC, Cope2 revendique depuis plus de trente ans son inflexible intégrité d’artiste de rue. Arpenteur-bombeur inépuisable des labyrinthes de l’urbanisme, il reste l’emblème par excellence du graff revendicatif.

Comme lorsqu’il décide de partir en croisade contre l’opération ville propre du maire de New York dans les années 90. Ses bombardages incessants ont eu raison des velléités populistes des pardessus de la politique locale. Ses pairs s’accordent à le reconnaître. Sans Cope2, le graff n’aurait probablement plus lieu de citer aujourd’hui dans Manhattan et ses banlieues.

Celui qui dessine sans croquis a très rapidement tapé dans l’œil des défricheurs de talent. Ses œuvres prennent part dans les plus belles collections des deux hémisphères et le grand capital s’intéresse de près à son cas. Time Life, Converse, Adidas ou Footlocker font appel à son génie pour doper leur marchandise. Idem pour les industries lourdes des jeux vidéo et du cinéma.

Cope2 ne crache pas sur ces bonus et les mondanités collatérales qui s’en suivent. Mais c’est dans la rue qu’il se sent vraiment à sa place. Une pure légende.

Longtemps chasse gardée du sexe dominant, le graf se conjugue également au féminin. Indie184 en est l’illustration vivante. Avec un blaze directement inspiré de Taki183, Indie annonce sans aucune ambiguïté son statut de pure bombeuse.

Révélée dans le graffiti newyorkais début 2000, son œuvre se téléporte aujourd’hui dans tous les haut-lieux planétaires du street art. Le ludique, la simplicité et la clarté de son lettrage, aussi bien par le trait que par la couleur, sont reconnaissables au premier coup d’œil.

Artiste éclectique, Indie s’exprime au-delà du stricte urbain en s’immisçant dans des confinements plus intimes comme la peinture, le graphisme, le design et la couture. Une polyvalence qui lui a permet aujourd’hui de diriger sa très personnelle ligne de vêtements « Kweenz Destroy ».

Comments 1 Comment »

Home Contact Vitostreet Contact About Gallery Tags Blogs Forum Wallpapers Links