Archive for November, 2010








All photos by Vitostreet

 – Claudio Ethos Web Site

Comments Comments Off on One day with Claudio Ethos

Voici quelques photos de l’exposition C215 [Community Service] qui se déroule actuellement à la Galerie Itinerrance et ce jusqu’au 12 Decembre 2010.

Comments Comments Off on Photos exposition c215[Community Service]

Première expo perso de Soklak Elgato « S**K ME, I’M UNDERGROUND ! DU 13 au 25 novembre 2010,
vernissage le samedi 13 de 18h à 22h

Né à Paris en 1977, Soklak Elgato fait ses premières expériences picturales dans la rue grâce à la découverte du graffiti en 1993.
Diplômé de l’école d’art Corvisart en 1999, il préfère s’adonner a la peinture plutôt que d’intégrer une agence de pub.
Parallèlement il se fait un nom dans la musique en participant a de nombreux concerts et mix tape dans le milieu du Hip Hop.
En 2006 il sort son premier album titré “1977”, salué par la critique et un public grandissant.
En 2009 il vend ses première toiles aux enchères.
Les thématiques qu’il aborde sur la toile sont tout naturellement liées à la culture urbaine, aux symboles émergeants dans les villes et sociétés occidentales, on y retrouve l’influence du graffiti et son amour inconditionnel des lettres

Source : Soklak web site

Exposition Soklak Elgato du 13 au 25 novembre 2010
OXIII 13 rue d’Enghien – 75010 Paris – M° Strasbourg St Denis (L9)

Comments Comments Off on Expo Soklak Elgato « S**K ME, I’M UNDERGROUND


Une exposition:

C215 est devenu en peu de temps un phénomène important au sein du street art. Il est considéré par ses pairs comme un des artistes les plus talentueux de la scène internationale. Et son succès va bien au delà car il rencontre également l’adhésion des institutions, comme la municipalité de Vitry-sur-Seine, sa ville, qui le soutient dans sa démarche de peintre de rue. Les pochoirs de C215, très présents dans les rues du monde entier comme celles de sa ville et de la capitale, sont très populaires auprès du public.

D’une maîtrise technique saisissante, C215 compose des portraits et des scènes au pochoir, dans un souci extrême du détail. Sa découpe est très fine. Il fait par ailleurs des recherches poussées dans le champ de la polychromie depuis un an, ce qui apporte une dimension nouvelle à son travail.

Aujourd’hui, cette exposition est l’occasion pour C215 de revenir sur l’évolution de son travail d’atelier et sa réflexion sur le cadre urbain. Ces deux dimensions seront donc mises en exergue avec intelligence sur les deux étages de la Galerie Itinerrance à travers des peintures et des installations.

Une monographie :

En octobre 2009, les Editions Critères ont consacré un livre à C215, dans la collection Opus Délit, qui a fait un succès de librairies. Quelques milliers d’exemplaires vendus plus tard, une monographie plus complète est sur le point de sortir dans la collection Urbanité, qui présente d’ambitieuses monographies d’artistes comme Miss.Tic, Jérôme Mesnager ou Speedy Graphito.

C215 « Community Service » rassemble les témoignages d’une douzaine de photographes internationaux, comme Vitostreet (FR), Chrixcel (FR), RomanyWG (GB), Luna Park (US), Jaime Rojo (US), Lois Stavsky (US), Jessica Stewart (IT), Vinny Cornelli (US), Elodie Wilhem (CHE), Lionel Belluteau (FR), Unusualimage (GB), Gregory J. Smith (BR).
Introduction de Steven P. Harrington de Brooklyn Street Art.
Préfaces de Marc & Sara Schiller de Woostercollective et Thierry Froger,collectionneur.

“Community Service”, c’est aussi un bilan :
– des milliers de pochoirs peints sur les murs des villes du monde entier
– un hommage : sous forme de textes et d’images, envers le dévouement et l’engagement de cet artiste de rue.
– une réflexion : Christian Guémy,également docteur en histoire de l’art, poursuit une réflexion sur le lien entre l’art dans la rue et la notion de in situ, à travers le concept de placement ou d’interaction avec l’urbanisme.


« Community Service » : une exposition et un livre
Exposition du 12 novembre au 25 décembre 2010

à la Galerie Itinerrance
Vernissage le vendredi 12 novembre à partir de 18h00

Comments 4 Comments »

Aussi incroyable que ça puisse paraître, COPE2 véritable légende du graffiti  n’a jamais exposé en France. Avec “Burning Hearts”, cette erreur sera enfin réparée. Pour l’occasion, il signera une expo à 4 mains, avec sa compagne INDIE184

Exposition du 16 au 28 novembre 2010, vernissage le  mercredi 17 novembre, à 17:00

Galerie MathGoth, Espace « In My Room » 32, rue Rodier ,75009 ParisDe 14h à 19h, sauf le lundi

Plus qu’une légende, un mythe. Dinosaure du street art newyorkais, Cope2 est une célébrité planétaire. Des graffeurs du monde entier débarquent régulièrement à JFK Airport pour peindre au côté du maître.

Malgré sa notoriété affirmée, l’enfant du South Bronx n’a jamais oublié d’où il vient. Issu des quartiers les plus infréquentables de NYC, Cope2 revendique depuis plus de trente ans son inflexible intégrité d’artiste de rue. Arpenteur-bombeur inépuisable des labyrinthes de l’urbanisme, il reste l’emblème par excellence du graff revendicatif.

Comme lorsqu’il décide de partir en croisade contre l’opération ville propre du maire de New York dans les années 90. Ses bombardages incessants ont eu raison des velléités populistes des pardessus de la politique locale. Ses pairs s’accordent à le reconnaître. Sans Cope2, le graff n’aurait probablement plus lieu de citer aujourd’hui dans Manhattan et ses banlieues.

Celui qui dessine sans croquis a très rapidement tapé dans l’œil des défricheurs de talent. Ses œuvres prennent part dans les plus belles collections des deux hémisphères et le grand capital s’intéresse de près à son cas. Time Life, Converse, Adidas ou Footlocker font appel à son génie pour doper leur marchandise. Idem pour les industries lourdes des jeux vidéo et du cinéma.

Cope2 ne crache pas sur ces bonus et les mondanités collatérales qui s’en suivent. Mais c’est dans la rue qu’il se sent vraiment à sa place. Une pure légende.

Longtemps chasse gardée du sexe dominant, le graf se conjugue également au féminin. Indie184 en est l’illustration vivante. Avec un blaze directement inspiré de Taki183, Indie annonce sans aucune ambiguïté son statut de pure bombeuse.

Révélée dans le graffiti newyorkais début 2000, son œuvre se téléporte aujourd’hui dans tous les haut-lieux planétaires du street art. Le ludique, la simplicité et la clarté de son lettrage, aussi bien par le trait que par la couleur, sont reconnaissables au premier coup d’œil.

Artiste éclectique, Indie s’exprime au-delà du stricte urbain en s’immisçant dans des confinements plus intimes comme la peinture, le graphisme, le design et la couture. Une polyvalence qui lui a permet aujourd’hui de diriger sa très personnelle ligne de vêtements « Kweenz Destroy ».

Comments 1 Comment »

Home Contact Vitostreet Contact About Gallery Tags Blogs Forum Wallpapers Links