Posts Tagged “interview”

– Peux-tu te présenter brièvement pour ceux qui ne te connaissent pas trop, as-tu suivi une formation artistique.
J’ai suivi une formation artistik effectivement, l’école des arts appliques Duperre dont je me suis évadé au bout de deux années .
J’ai une quarantaine d’années et j’ai travaillé dans le dessin animé pendant dix ans environs.

-Tu as collé pendant quelques années tes œuvres sur les murs de Paris dans l’anonymat, y avait-il une raison à cela ?
J’ai collé dans l’anonymat en réaction à nos ego surdimensionnés.
La création de l’œuvre est souvent plus importante que celui qui la produit, si je ne t’avais pas contacté sur Flickr, mon travail aurait pu rester anonyme encore longtemps. Tu as fait sortir le loup du bois.

– On retrouve très souvent dans tes dessins des références aux Civilisations : pré colombiennes, Hindoue, asiatiques, es-tu un grand voyageur ?
J’ai voyagé en Inde et au Népal et mon travail graphik s’en ressent, cela m’a énormément influencé.

– La construction de mandala est elle une pratique spirituelle pour toi ?
La spiritualité bouddhiste integre le cercle comme élément sacré et moi aussi, mais je ne me sert pas du mandala comme outil de méditation,  en tous cas, pas ceux que je dessine.

– Quelle est ta façon de travailler ? (Brouillons, de manière directe, utilises tu des outils informatique …)
Je travaille au brouillon, et au crayon avant de mettre au propre le dessin définitif. Je
n’utilise l’ordinateur que pour scanner et retoucher. Je m’en passerais volontiers mais il est difficile de passer au travers de la technologie.

– Quels sont les artistes qui t’inspirent?
je suis un admirateur de Moebius, Egon Schiele , Leonardo de vinci, Alberht Durer, Coloman Moser , Mucha, Klimt, la ligne clair de l’ école de bd belge m’a beaucoup inspiré aussi !! il y en a beaucoup d’autre encore ……

– Comment définirais tu ton travail en général ? Et quelles sont tes techniques privilégiées ?
Cela m’est très difficile de décrire mon travail, disons que mes influences sont en
grandes parties sculpturale, je m’explique : les temples D’Angkor (Cambodge) ou Khajurâho (inde) m’inspire beaucoup.

– As tu des projets en vu pour les mois qui arrivent ?
J’ai  pour projet des collages grands formats en couleurs, j’espère en proposer quelques uns sur mon flickr bientôt.
je n’ai malheureusement pas de projets d’exposition.Cela me ferait le plus grand bien après celle de la galerie Anne Vignial, qui m’a mis un coup au moral, et qui n’a pas été très fructueuse. Si tu as des idées ou des propositions a me faire, elles sont le bien venues!

– Si tu devais choisir une chanson pour accompagner cet interview, quelle serait-elle?
je suis un grand amateur de musique !! Me demander de choisir un titre est un vrai casse tête,
J’anime plusieurs émissions musicales sur la radio associative de ma région ! Je ferais
donc plusieurs propositions, Jimmy castor bunch : it’s just begun, bad brains : pay to cum, donny hathaway :little,ghetto boy(live), mandrill:get it all.

– Un dernier mot que tu voudrais partager ?
Je voudrais en conclusion : un monde plus juste ou le partage serais une valeur essentielle, et merci a toi pour ton intérêt et ta curiosité. peace!!

– Merci

– Le Flickr de Ludwig
– Le group Flickr Ludwig

Comments 4 Comments »

– Peux tu nous décrire rapidement ton parcours et nous dire qui tu es ?
Ludo, la trentaine, Paris.
Après un court séjour à la fac dans des études de socio, j’ai pris mon sac et je me suis éclipsé en Italie, à Milan.
C’est là bas que j’ai découvert pas mal de choses; la galère…, ma femme et des études en une sorte de mix entre design et communication.
Depuis j’ai toujours fait des boulots centrés autour du graphisme.

Je n’ai jamais été très actif dans le graf ou bien le street, plutôt admirateur, mais quelques gros changements dans ma petite existence m’ont soudain donné envie de réaliser mes délires et de les faire à fond.


– Derrière ton pseudo « Nature’s Revenge » y a-t-il une revendication écolo ?

C’est pas vraiment une revendication écolo.
Derrière Nature’s Revenge, j’aimerais parler de respect en fait.
Respect envers l’environnement bien sur (on ne peut pas ignorer tout ce qui se passe) mais surtout respecter les autres, ce qui nous entoure, prendre conscience que certaines choses sont bien plus importantes que certaines conneries quotidiennes. Pour ça, j’utilise la nature et la violence des armes en essayant d’attirer un peu d’attention et peut-être par chance faire naitre un semblant d’interrogation chez les gens.

Je ne suis pas du tout l’Abbé Pierre mais en tout cas c’est ce que j’essaye de faire passer dans mon travail.

framed launcher


– Dripping mine, The Dionea, framed launcher, Dark Rose… cela semble important pour toi de donner un nom a chacune de tes oeuvres pourquoi?

Pour moi, le nom fait partie d’une “oeuvre”.
C’est dommage qu’une image s’appelle DSCN2128 ou bien IMG33266.jpg, non ??? et puis ça fait partie du fun de chercher un titre.
Souvent une pièce peut aussi d’abord émerger d’un nom trouvé.

– Quelles sont tes sources d’inspiration ?
Bah simplement ce qui m’entoure, ce que je vois aux infos, les trucs qui m’énervent, … .
Un mur ou bien un endroit peuvent aussi me donner envie de faire quelque chose.

The launcher The Cactus

– Quel genre de musique t’inspire le plus ?
Je suis bon client. Aussi bien un bon vieux “Beastie Boys” genre “Check your Head” (pur cover en plus…) qu’un album de “Soundgarden”…
Le son qui me scotche tout le temps c’est celui des “Boards of Canada”, notamment “Dayvan Cowboy”.

– Comment abordes tu une création, passes tu dans un premier temps par la création numérique, la sculpture ?
Ca depend vraiment.
J’utilise l’ordi pour certaines choses, le découpage, le dessin pour d’autres.
J’aime l’idée du mix-média et j’aurais du mal à n’utiliser qu’une seule technique. Par le taf j’ai appris pas mal à me servir d’un pc mais à la maison je joue plutôt avec la sérigraphie et l’acrylique.

Pour la sculpture c’est pareil. Je me suis autant amusé à essayer d’utiliser une imprimante laser hyper techno qu’à faire une série (les petits launchers noir et or) seulement avec des objets trouvés (maquettes pour enfant, plantes pour aquarium, bombe, fils de fer,…).

framed launcher

– Quels artistes t’inspirent le plus ?
Très gros fan de Bast et des Os Gemeos.
Après, je ne sais pas à quel point les artistes que j’aime m’inspirent….
Il y a aussi Villeglé, j’aime ses affiches lacérées et toute sa démarche. Pour moi c’est clair qu’un beau mur ou bien une belle porte en bois usée, taggée,… est un ready-made.
Dans un style encore plus classique, je me rappelle toujours d’une peinture de Georges Mathieu sur la musique. Son style hyper dynamique et son énergie, même sa calligraphie, me rappellent le tag quelque fois.


– As tu des projets en vu pour les mois qui arrivent ?

Tout d’abord faire évoluer mon travail et avancer.
Sinon, je viens de finir une série de prints en vente chez Brooklynite Gallery. Cette galerie me représente aux US et peut-être y aura t-il moyen de faire quelque chose là bas cette année… .
En mars je participe à une expo collective au studio 55.
J’aimerais essayer de partir un peu pour poser quelques plantes à Londres par exemple, ou bien New-York.
Une nouvelle vidéo est aussi dans mes projets 2009, un court-métrage pas trop long qui partirait d’une pièce de rue pour évoluer par la suite. Ca, ça sera quand j’aurais un peu de temps.

– Un dernier mot que tu voudrais partager ?
love n’ peace

– Merci

Le Site web de Ludo

Le Flickr Group Nature’s Revenge

Le Flickr de Ludo

The CCRFlower Juicy Grapes

Comments 14 Comments »

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots.
Shaka Nosbé, PPA Crew (Petites Peintures entre Amis…), originaires du sud parisien et d’ailleurs, artistes fantaisistes et jongleurs de couleurs. Majeurs et vaccinés. Shaka, fondateur du DKP crew, fait du graffiti à peu près depuis 96, rencontre Nosbé en fac d’Arts Plastiques en 2000.

Comment est né ce crew?
Aprés notre rencontre et quelques soirées, on fait quelques peintures côte à côte, “le temps que je me fasse la main!” dixit Nosbé, on décide de mélanger et de crèer le PPA crew (Plage, Pétanque, Apéro).

Etes-vous les deux seuls membres du Crew PPA ?
Shaka a fait quelques peintures avec Bien (CDB,D7K) et on l’a fait rentrer dans le crew car le feeling était bon. On peint peu ensemble mais qu’est ce qu’on se marre!

Vous réalisez des fresques, disons très organiques (sorte de tentacules ou de lianes), il y a-t-il une raison particulière à cela?
On faisait chacun de notre côté ce genre de choses et il s’est avéré que cela fonctionnait bien pour mixer les 2 styles. Ce thème revient régulièrement dans notre travail.

Visages, masques sont des éléments important dans vos compositions de fresques. Pourquoi ?
Les visages sont des matériaux super intéressants à travailler, ils sont exploitables à l’infini ( comme une lettre !).
Chacun avait sa propre approche graphique des visages (Nosbé les arts premiers, Shaka les portraits dans la peinture occidentale, et quelques références communes BD, culture undreground anglosaxonne…) comme pour les tuyaux nous avons exploité cette diversité des styles pour créer une nouvelle entité.Quelque chose d’hybride et un peu fou quoi!

Quel regard portez-vous sur la scène graffiti actuelle ?
Comme partout y’a du bon et du moins bon…on kiffe ce qui se fait en amérique du sud par exemle.

Quels sont vos projets futurs ?
Des toiles ,des fresques, des expos ici ou ailleurs (big up James !)

1931662903_1

Quels sont les graffeurs dont vous vous sentez proche ?
On a des affinités avec quelques crew autant pour le style que pour l’ambiance .
DKP la famille, l’ADM, l’Ironic crew, dédicaces CDB, ELM, MZF, Hopare,….

Merci à vous deux.

Nosbé Fotolog
Shaka Fotolog
Shaka Blog
Shaka & Nosbé sur Flickr

Comments 2 Comments »

– Peux-tu te présenter brièvement pour ceux qui ne te connaissent pas trop.
Je me surnomme Sixo, j’ai 25 ans, je suis originaire du sud de la France. Je suis arrivé à Paris il y a un an. Je pratique d’ailleurs l’affichage depuis que je suis arrivé sur la capitale. Avant d’en arriver là je faisais du graffiti (depuis 6 ans). Je suis passé par différents styles et techniques sur mur, que ce soit du lettrage, du perso ou du pochoir. Même si j’ai souvent changé de style ou de technique j’ai toujours éprouvé le besoin et la volonté d’exposer mon travail dans la rue.

sixo

sixo_a7_06

– Certaines de tes illustrations et peintures me font penser à des gens comme Dav guedin ,Mike Giant ou encore Blanquet, ce sont des artistes qui t’inspirent dans ton travail.
Non pas vraiment. C’est sûr que j’apprécie leur travail car je me reconnais un peu en eux. J’ai surtout été inspiré (graphiquement parlant) par des gens comme Daniel Clowes, Charles Burns, Thomas Ott ou Erik Kriek’s, et bien d’autres encore.
Sinon les idées me viennent surtout des images que je trouve au hasard de mes errances dans des librairies, chez des amis, sur Internet, etc. Je me ré approprie des images souvent banales. Mon but est de leur faire respirer la contradiction, la dérision et l’absurdité.

sixo2

Le monde du tatouage se retrouve très souvent dans tes dessins, pourquoi ?
Ca ne fait pas très longtemps, c’est arrivé un peu par hasard, j’avais fait un tatoueur qui dessinait une quéquette, un morpion, et d’autres choses sur le dos d’une femme. J’ai trouvé la mise en abîme intéressante, et j’ai voulu la développer. Finalement ce dessin a donné lieu à une série sur le tatouage, mais le tatouage ne résume pas mon travail pour autant.

sixo3

Qui sont tous ces personnages que tu mets en scène et ces visages que tu colles sur Paris depuis + d’1an ?
Tous mes personnages sont d’illustres anonymes que j’invente ou que je trouve à droite à gauche dans différents médias.
Par exemple, les collages de visages que j’ai fait sur Paris sont des anonymes du Web. On peut les retrouver sur des sites comme « ugly people ».
J’ai voulu me servir de ces visages comme parasites. Effectivement, dans une société basée sur le paraître et la beauté, mes personnages vont à l’encontre des archétypes esthétiques véhiculés par la publicité. J’essaie de provoquer le passant, la laideur de mes personnages est censée agresser la vue. Apparemment ça marche, certains pissent, chient, crachent sur mes affiches. Cela montre bien la tolérance des gens face à la laideur et à tout ce qui va à l’encontre des codes visuels intrinsèques à la société de consommation.

sixo

Quels sont tes outils et supports favoris ?
Le bon vieux stylo et le papier. Sinon, pour mes affiches je me sert d’encre de chine, d’un pinceau chinois et de papier craft.

sixoanim

Tu exposes prochainement à Lyon, que pourra t’on y découvrir ?
Pour cette exposition, je propose un mélange de dessins originaux et des sérigraphies artisanales réalisées par l’atelier de la galerie All Over.
Le vernissage aura lieu jeudi 30 octobre et l’exposition se déroulera jusqu’au 15 décembre.

sixo5

Tes souhaits, des projets pour les prochains mois ?
Je veux simplement me faire plaisir, faire de nouvelles rencontres artistiques pour pouvoir partager ma passion. J’aimerais également rencontrer d’autres affichistes pour développer les collages sur Paris. Avec mon ami L’oeilpartoo nous aimerions monter une sorte de collectif. Le but de ce rassemblement serait d’organiser des sorties communes entre colleurs d’affiches.

Quels sont les artistes que tu aimes ?
Robert Barta, Claude Closky, Barbara Kruger, Blu, Jacques Villeglé, Banksy, Basquiat, Warhol, Chris Marker, Bill Viola

Merci

sixo6

Sixo Web Site
Sixo Myspace
Sixo Blogspot
Sixo Flickr

Comments 4 Comments »

Interview given to Samantha longhi for Stencil History X Book

Since when have you taken pictures in the street? How many do you have today?

vitostreeticon I have been interested in urban art since the 1980’s. Thanks to the arrival of everything numerical and photoblog, i was able to start rigorously and constitute a data base of my actual photographs ( thousands an thousands)

Photoblogs contribute a lot to the circulation of street art (fotolog, flickr, myspace, blogspots etc…) what do you think about this?

vitostreeticon Photoblog can permit young artists to become known, but the interest must be to favor the emulation and exchange between artist.

c215 width=
Sten & Lex C215

On Flickr, for exemple, there are more then 100 000 results for word stencil. How do you handle this when you’re a photographer? How do you differentiate yourself ?

vitostreeticon I chose flickr for its classing system (pool,tags…) its research engine and its notoriety.What differentiates meis the specific thematic (Parisian urban art), the frequency of publication and the famous “As soon as it’s up, it’s photographed”
Vitostreet V.I.P
Karcher stencil by Vitostreet Vito contribution to the Jef Aérosol book : V.I.P

Indeed, it’s the Vito legend. Do you have a stencil GPS or do clones work with you?

vitostreeticon My passion guides my steps.

Vitostreet

There is often conflict between photographers and artists when artists aren’t named, for example. What do you think about this?

vitostreeticon There is only conflict when, intentionally, the photographer doesn’t name an artist or, for personal or business means, uses his work without his consent. Thant’s the reason i “tag” all my photos.

How do you see stencils today?

vitostreeticon I have three major ideas: the emerging of a new stencil generation, more collaboration between stencil and graffiti artists and work and techniques that evolve (the life span of a stencil is shorter, stencils on posters and no longer directly on walls etc…)
stencilhistoryx Stencil history X
Stencil History book [Cover by Sadhu] Stencil History book [photos by Vito]

Who are you favorite stencil artists?

vitostreeticon My choises are related to esthetic shocks which can be linked to a theme, an anexpected composition…

So i like the work of The Dark (Canada), M-city (Poland), Sten&lex (Italy), Bansky, WCA (Isbach, Artiste-ouvrier-6lex/France), Fremantle (France), DoctorH(Belgium) and many others.

m-city&stenlex
Sten & Lex / M.City

Vito for Paris Street Art Book

My interest in street art was born when the hip-hop movement landed in France in 1984. I discovered street culture as imported from the US, which meant graffiti as well, thanks to the cult programs hosted by Sydney, H.I.P.-H.O.P.

I was 15 then.

By the mid-1990s, my interest had turned into an obsession. I became aware of it the day I realized I was regularly standing in the metro with my face glued to the window to see a particular piece as we sped past.

vitostreet

vitostreet

Shaka & Nosbé

Ever since, I’ve kept an eye out for transfers, graffiti, collages, silk-screens, and stickers in Paris, and have several thousand photos of them. I found them in places ranging from disused factories to wasteland and ordinary streets.

Vitostreet

oclock_tag

Vitostreet – Photo by Ekosystem Vitostreet – Photo by Ekosystem

So every Sunday morning while the city’s still asleep, I leave my suburb heading for Paris. These morning pilgrimages see me covering miles and miles of pavement—from the Butte aux Cailles to the Bastille, from the Bastille to République, and from République to Belleville. I peer at walls, the tops of buildings and inconspicuous nooks and crannies, in the hope of finding something original……

Annotations

Next to New York and London, Paris has always been a major destination for street artists and aficionados. This work features 150 images [By Vitostreet].

Description

Next to New York and London, Paris has always been a major destination for street artists and aficionados. Multicultural and sophisticated, it is a city made for art of all kinds. Nowhere is the pulse of creativity more apparent than in its street art. Charged with colour, humour and social commentary, the 150 images captured in this book represent an open-air museum whose canvases are perpetually transformed. From the city centre to the outer banlieues, from stencil and spray paint to stickers, this collection reveals the creative energy fueling the Paris underground art scene.

2677099257_16e092fcd3

Paris street art book Cover

Author Biography

Artistic masterpieces, if you just know how and where to find ROMAULD STIVINE is an art director and owner of the Lazy Dog bookshop and gallery in Paris. VITO DEL FORTE [Vitostreet] is a photographer based in Paris.

Release on 08/2008- 09/2008 in france

Publisher : Prestel

84453040_18d408d5e6_o
Jonone & André

image-205

Nekotwo

Nekotwo

Comments 1 Comment »

Home Contact Vitostreet Contact About Gallery Tags Blogs Forum Wallpapers Links